L'APA déplore la montée des pratiques douteuses entourant la publicité des automobiles neuves.

292, boul. Saint-Joseph Ouest
Montréal (Québec) H2V 2N7
Téléphone: (514) 272-5555
www.apa.ca  

L’APA déplore la montée des pratiques douteuses entourant la publicité des automobiles neuves.

Communiqué

Le 25 mars 2009

Le lancement de la revue Autos 2009 publiée en collaboration avec le magazine Protégez-Vous a permis à l’Association pour la protection des automobilistes (APA) de faire le point sur l’état de l’industrie de l’automobile.

Les promotions sur le prix des automobiles neuves 2009 sont avantageuses, et pas exclusivement chez les constructeurs américains. Selon George Iny, le président de l’APA, les prix bas vont durer au moins jusqu’à la fin de l’année modèle car plusieurs fabricants ont des surplus d’inventaire. Les mensualités à la location sont en général moins intéressantes comparées à 2008, à l’exception des constructeurs des marques européennes comme Mercedes et Audi, qui proposent des modèles de prestige pour une mensualité équivalente à une intermédiaire japonaise toute équipée.

Selon l’APA, l’incertitude économique ressenti par les consommateurs et une surproduction d’automobiles depuis plusieurs années, maintiendra le faible rythme des ventes d’automobiles neuves actuelles, et ce, au moins jusqu’à la fin de 2009. Cette surproduction a été en bonne partie écoulée grâce à la popularité de la location à long terme, ajoutant environ 200 000 autos neuves aux ventes annuelles. Ces autos en fin de bail reviennent actuellement sur le marché et concurrencent les autos neuves, à des prix beaucoup plus bas.

Pour sa part, le secteur des autos d’occasion se porte plutôt bien selon l’APA. Il y a eu une importante amélioration de la publicité sur les autos d’occasion à la suite de l’adoption d’un décret appuyé par les associations de commerçants d’autos.

L’implantation de grandes surfaces assorties de salles de montre intérieures facilite le magasinage. Ces commerces proposent principalement des autos de fin de location (maximum 5 ans) à des prix compétitifs, sans besoin de négociation. Plusieurs enquêtes anonymes de l’APA démontrent en effet que, dans l’ensemble, les pratiques de vente entourant le marché de l’occasion au Québec devancent celles qu’on retrouve dans le reste du Canada.

La publicité
L’APA déplore la montée des pratiques douteuses entourant la publicité des automobiles neuves. Des exemples figurent à l’intérieur du guide Autos 2009 et l’APA a préparé un guide virtuel que les consommateurs peuvent télécharger gratuitement sur le site de Protégez-Vous. On y identifie les principales attrapes dans la publicité sur les automobiles neuves, y compris :

 

  • Le financement sur une très longue durée de sept et huit ans
  • Le versement initial de 0$ « disponible » indiqué dans les gros caractères, tandis que le versement réel de plusieurs milliers de dollars est caché dans les petits caractères
  • Les versements à la semaine ou aux deux semaines pour faire paraître plus petit les paiements
  • Les remises invraisemblables sans préciser qu’elles ne s’appliquent pas à la presque totalité des autos dans l’annonce
  • Les fausses offres 2 pour 1

Selon l’APA, le financement sur 7 et 8 ans favorise le surendettement des consommateurs et est à éviter. Pendant les cinq ou six premières années, le solde dû sur de tels financements de très longue durée sera plus important que la valeur de l’auto, particulièrement pour les américaines qui perdent très vite leur valeur (environ 70% après la troisième année).

Parmi les pires publicités figurent celles d`une offre « 2 pour 1 » qui s’avère avec les intérêts à 2 autos pour le prix de 3 !). Parmi les fabricants, l’APA a identifié Honda et Acura parmi les marques avec des pratiques douteuses. George Iny a affirmé qu’« on aurait même recommandé de ne pas acheter une Honda ou une Acura jusqu’à ce que le constructeur corrige ses pratiques, mais les autos du fabricant sont recommandés à plusieurs reprises dans Autos 2009 »

Selon George Iny, « il est bizarre de constater le manque d’éthique dans la publicité destinée aux consommateurs au moment ou l’industrie demande au gouvernement de l’assistance financière que sera à payer par ce même publique ». Selon l’APA les associations des fabricants et des concessionnaires s’opposent actuellement à l’amélioration des normes touchant la publicité automobile. L’APA envisage une interpellation auprès l’Office de la protection du consommateur, afin que les mesures correctrices ou punitives qui existent dans la Loi sur la protection du consommateur soient appliquées dans ce domaine

Parmi les bannières avec des standards plus élevés en matière de publicité, l’APA a identifié Hyundai et Toyota pour leur publicité plus transparente, éliminant ainsi la plupart des attrapes.

Les risques reliés à une faillite possible ou à la réorganisation chez GM et Chrysler

L’APA affirme qu’il y a trop d’impondérables pour prédire avec certitude l’avenir des deux constructeurs en difficulté. Une chose est certaine, l’assistance gouvernementale déjà demandée à moyen terme dépassera facilement les 50 milliards pour les deux compagnies, ceci avec des contributions principalement des États-Unis, appuyé du Canada, de l’Australie et probablement l’Allemagne. L’APA recommande donc aux consommateurs de limiter leur risque dans le cas éventuel d’une faillite ou une réorganisation. En effet, une vente à tempérament (prêt auto) impose à la l’institution financière d’assumer les obligations du concessionnaire y compris celle de la garantie dans le cas de faillite, ceci jusqu’à concurrence du crédit accordé. C’est un avantage important qui découle des protections de la Loi sur la protection du consommateur du Québec

Selon l’APA, il y aura toujours une demande pour les camionnettes des constructeurs américains en milieu de travail et ces modèles sont les plus susceptibles d’entraîner un bon service et de rester en production à la suite d’une réorganisation. Quand à l’abandon prévu par GM de ses marques Hummer, Saab, Saturn et possiblement Pontiac, l’APA est de l’avis que le risque varie selon le modèle. Les Saab et certaines Saturn qui ne partagent pas de pièces avec d’autres modèles GM commercialisés en Amérique sont les achats les plus risqués et sont ainsi identifiés dans le Protégez-Vous. Quand aux autres modèles, les bannières GMC, Chevrolet ou Buick qui vendent des autos avec la même mécanique pourront assumer le service.

Chez Chrysler, ce sont les voitures qui sont les plus à risque dans l’éventualité d’une fusion avec un autre fabricant. L’avenir des camions et les produits Jeep semble plus certain.

Ce que vous pouvez faire : 

  • A prix similaire, choisir la remise au lieu du taux d’intérêt réduit. Autos 2009 vous montre comment faire la comparaison.
  • Limiter votre financement à 72 mois.
  • Le taux d’intérêt sur un prêt auto part actuellement à moins de 6 pourcent. Évitez de payer les taux élevé de 8 pourcent et plus qui permettent au concessionnaire d’empocher un profit jusqu’à 900$ de l’institution financière.

Pour en savoir plus consulter le Guide Autos 2009 de Protégez-Vous disponible en kiosque et par abonnement sur Internet.



<< RETOURNER